Creation, Consumers, Competitiveness

4e conférence annuelle de l’ACT (Association des Télévisions Commerciales Européennes) à Bruxelles

Le titre de la conférence est programme. L’auditeur est plongé quasi immédiatement dans l’univers des télévisions privées en quête de nouveaux marchés, de nouveaux auditeurs, de nouvelles programmations et ce avec les moyens technologiques les plus sophistiqués :la présentation de films promotionnels, en début de conférence, a eu lieu dans un cadre particulier d’une salle présentant un « Digital Wallpaper », un ensemble de vidéo projecteurs permettant de transformer la même salle en décor multimédia.

Des films promo avant tout pour montrer que la télévision commerciale européenne, malgré la crise, est présente plus que jamais dans la vie quotidienne de tout un chacun! Selon Philippe Delusinne, président de l’ACT et CEO RTL Belgique, chaque citoyen européen regarderait en moyenne la télé pendant 228 minutes par jour, tendance à la hausse !

Le message-phare : on n’a pas peur, ni de l’Internet, ni de la télé connectée. Le danger de l’Internet aurait été transformé en opportunité, les possibilités qu’ouvre le Net ne seraient pas non plus négligeables pour un opérateur classique de télévision. Mais, le danger cette fois-ci a un nom concret : Google TV, présent également à la conférence. Le représentant de la plateforme a eu beau essayer de dissuader les opérateurs de télévision, ceux-ci restent sceptiques quant au degré de concurrence que Google représentera pour eux. Mais Google est formel : c’est une plateforme, un logiciel pour la télé connectée et non un producteur de contenu.

C’est deux poids, deux mesures, conviennent certains opérateurs : produire du contenu dans des packages qui intéressent les téléspectateurs ne pas forcément une prédilection d’un opérateur du Net.

 

Un des débouchés sur lesquels on mise dorénavant en Europe : la  production de séries au contenu « européen », telles que « Borgia », production Canal + qui s’est vendue dans 40 pays. Un contenu propre au Européens et qui intéresse tous les Européens ! C’est sur cette voie que l’on veut poursuivre, avec l’aide de la Commission européenne et de son programme MEDIA, mais également avec une régulation plus que souple. En effet, les télés, non pas à tort, considèrent être régulées excessivement par rapport à d’autres secteurs, l’Internet en 1e ligne. La réplique de la Commission : on a bien compris le message, le budget du programme MEDIA ne devrait pas être raccourci, bien au contraire, le support pour les productions de séries européennes sera renforcé, mais la Commission rappelle qu’elle est également là et qu’elle reste là pour protéger les intérêts des consommateurs.

 

Il est clair que les productions européennes et leur succès ne peuvent être mis à pied égal avec la concurrence des Etats-Unis : tous les acteurs présents ont été réalistes sur ce point. Peut-être arriveront-ils aux épreuves éliminatoires des concours Outre-mer, mais cela est peu probable. Ce qui n’est cependant pas exclus, c’est de délocaliser éventuellement certains secteurs comme la VOD, p.ex. en Amérique où le secteur, il faut l’avouer, est bien moins régulé que chez nous…

CNP - Conseil National des Programmes | 19, rue du Fossé | L- 1536 Luxembourg | Tel. : +352 247-82066 | info@cnpl.lu